Publié le

Qu’est ce qui se cache derrière les sucres raffinés ?

Qu’est ce qui se cache derrière les sucres raffinés ?
Qu’est ce qui se cache derrière les sucres raffinés ?

Le sucre : pourquoi l’éviter et par quoi le remplacer ?

Bête noir du mode de vie healthy, le sucre est l’ennemi numéro un en nutrition ! On lui reproche beaucoup de maux tels que l’obésité et le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires mais également d’être aussi addictif que le tabac ou autres drogues.

QU’APPELLE T-ON SUCRE ?

Ce que l’on désigne par « sucre » au singulier c’est le sucre de table, c’est-à-dire le saccharose que l’on met dans notre café. Il fait partie des « sucres » au pluriel, qui représentent les glucides. C’est un des trois macronutriments indispensables au fonctionnement de l’organisme avec les protéines et les lipides. On classe généralement les glucides en deux groupes : les glucides simples (ou oses) et les glucides complexes (ou osides). Cependant
cette classification est compliquée car elle est basée sur la structure moléculaire de ces substances. Il est plus judicieux de s’attacher à l’effet de ces glucides sur l’organisme, pour les classer. On a alors les glucides à indice glycémique haut et les glucides à indice glycémique bas.

LA GLYCEMIE ET L’INDICE GLYCEMIQUE, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Le glucose c’est le carburant de l’organisme alors que la glycémie c’est le taux de glucose circulant dans le sang. La maladie du diabète se traduit par une glycémie anormalement élevée (beaucoup de glucose dans le sang).

L’indice glycémique d’un aliment c’est la mesure de l’élévation de la glycémie causée par la consommation d’un aliment, comparée à celle entrainée par la consommation, en même quantité, de glucose. Plusieurs facteurs influencent l’IG : la présence de fibres, protéines, ou lipides le diminuent, les transformations industrielles et les cuissons l’augmentent.

Cependant l’IG n’est pas suffisamment précis car il ne prend pas en compte la quantité de glucide contenu dans l’aliment. On regarde donc la charge glycémique qui est beaucoup plus parlante. La charge glycémique multiplie l’indice glycémique par la teneur totale en glucide de l’aliment, divisé par 100. Elle permet de mesurer le réel pouvoir glycémiant de l’aliment.

Ainsi on peut comparer les aliments entre eux, exemple :

Aliments IG Charge glycémique (pour 15 g de l’aliment)
Glucose (aliment de référence) 100 15
Sucre de table (saccharose) 60 9
Sirop d’érable 65 6,6
Sucre de coco 35 3,8

Le sucre « de table » ou saccharose : qu’est-ce qu’on lui reproche ?

Qu’est ce qui se cache derrière les sucres raffinés ?
Qu’est ce qui se cache derrière les sucres raffinés ?

 

LA FABRICATION :

Le saccharose est le sucre de consommation courante qui est extrait de la betterave sucrière ou de la canne à sucre. On le trouve sous de multiple forme tel que le sucre blanc, la cassonade, le sucre glace, le sucre candy etc… Les procédés d’extraction sont relativement similaires pour la betterave et la canne à sucre, à la différence près que le raffinage ne s’effectue que sur le sucre de canne. En effet il comporte une étape de décoloration qui permet de passer d’un sucre de canne naturellement roux, à un sucre de canne blanc. Cette décoloration se fait à l’aide de « noir animal », qui est un charbon décolorant à base d’os d’animaux calcinés, et de résine. Ce procédé fait du sucre de canne raffiné un produit qui ne correspond pas à une éthique de protection des animaux.

L’APPORT NUTRITIONNEL :

Cependant le principal point faible reproché au sucre classique n’est pas celui du raffinage qui est plutôt méconnu, mais bien son inutilité au niveau nutritionnel. En effet le sucre de canne ou de betterave est principalement composé de saccharose et ne contient ni de minéraux, ni de vitamine car ils sont détruits par les procédés de fabrications. Il n’apporte que de l’énergie, c’est-à-dire des « calories vides ». Les effets de ces calories vides sont très étudiée et décriés notamment par des études mettant en relation l’hyperactivité chez les enfants et la consommation de sucre. On parle aussi de la grande capacité d’addiction du sucre par le fait qu’il active le circuit de récompense du cerveau. Et puis de nombreux parallèles sont faits entre le sucre et les problèmes d’obésité infantile et adulte, de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2 évidemment.

UNE PRÉSENCE SYSTÉMATIQUE :

D’autres molécules que les saccharoses sont aussi utilisées sous forme de sirop de glucose-fructose, de sucre inverti etc.… Elles servent d’exhausteurs de goût dans un très grand nombre de produits industriels qu’on ne soupçonnerait pas (sauces, charcuteries, conserves, plats préparés, soupes en brique) et dont il faut se méfier. Cette présence de différents sucres en tant qu’additif entretient une certaine surexposition. En conséquence, le sucre ajouté n’est pas du tout un aliment indispensable à l’alimentation humaine et peut être complètement supprimé. Il est cependant très consommé car il est source de plaisir gustatif mais doit être absolument limité ou remplacé par des aliments plus intéressants au niveau nutritionnel.

Quelles alternatives sucrées trouve-t-on dans les produits Cinq Sans ?

alternative au sucre
alternative au sucre

Pour que les produits Cinq Sans puissent correspondre aux besoins de personne diabétique, le sucre classique a été exclue des produits. Il a été remplacé par du sirop d’érable ou du sucre de coco qui ont des IG plus bas ou équivalent au sucre de table mais qui contiennent moins de glucides. Leur charge glycémique est donc moindre (voir tableau précédent).

De plus, la présence de 50% d’amande minimise l’utilisation de sucrant car celle-ci apporte un goût naturellement doux. La présence de fibres, de protéines et de lipides provenant aussi de l’amande et des autres oléagineux, diminuent encore l’impact sur la glycémie lors de la consommation. Les biscuits et gourmandises sont donc tout à fait adaptés à la consommation des diabétiques.

Enfin la consommation de ce genre de sucrant à la place de sucre classique est préférable car ils apportent, en plus de l’énergie, des micronutriments intéressants. Ce ne sont pas des calories vides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *